Pour une politique de recherche
cohésive et ambitieuse

L’Université de Lorraine est une université pluridisciplinaire avec une part importante des sciences de l'ingénieur. C’est cet équilibre, rare dans le paysage universitaire, qui lui permet de se positionner en réponse aux défis sociétaux. La politique de recherche a donc de nombreux défis à relever : préserver cet équilibre pluridisciplinaire/technologique, cultiver le continuum fondamental-appliqué, assurer la performance de nos équipements, créer les conditions de la découverte et de l’innovation…

Assurer le continuum de la recherche en Lorraine,
être présent sur les grands enjeux scientifiques et sociétaux
Soutenir les interactions entre toutes les dimensions de la recherche 

  • Garantir aux pôles scientifiques une dotation socle pluriannuelle (y compris contrats doctoraux) et équitable.

  • Mettre en place un plan pluriannuel d’investissement de l’établissement pour la jouvence et l’acquisition d’équipements scientifiques de pointe.

  • Mettre en place un fonds d’investissement pour les plateformes expérimentales, leur permettant ainsi de préparer le renouvellement de leurs matériels, en lien avec la démarche INFRA+.

  • Renforcer progressivement les RH pour les plateformes labellisées INFRA+.

  • Soutenir la recherche pluridisciplinaire et interdisciplinaire, en articulation avec LUE.

  • Partager en interne plus largement les résultats de notre recherche pour nourrir le continuum fondamental-appliqué.

  • Poursuivre et encore renforcer le travail en confiance et en proximité avec les EPST (CNRS, INRIA, INRAE, INSERM) et le CHRU.

Prendre en compte la temporalité de la recherche

  • Si nécessaire, programmer en plus du financement d’un projet, l’accompagnement à la recherche de financements complémentaires pour en augmenter la durée.

  • Poursuivre l’accompagnement de projets ayant obtenu des résultats prometteurs pour éviter les ruptures de financement.

  • Améliorer la gestion des "reliquats" en recherche, de manière à notamment faciliter les co-financements de thèse, post-doctorat ou d’équipements.

Mieux prendre en compte nos besoins différenciés

  • Mettre en place un comité d’éthique, renforcer l’expertise juridique spécialisée en recherche impliquant la personne humaine.

  • Adapter les dispositifs internes pour mieux prendre en compte les conditions de recherche dans les différentes disciplines.

  • Augmenter dans la mesure du possible le nombre de contrats doctoraux, prioritairement en SHS (contribution à la réduction du nombre de doctorats non financés) mais aussi en accompagnement à l’émergence de nouveaux champs de connaissance.

  • Soutenir l’activité de recherche des enseignants-chercheurs en poste dans des campus hors métropoles.

Accompagner les mutations de la recherche
Trouver de nouvelles ressources

  • Développer les dispositifs d’aide pour le montage et la gestion de projets : appuis dédiés (pool d’ingénieurs d’appui spécialisés), réalisation de guides, ateliers de formation et de conseil, retraites de rédaction "au vert".

  • Améliorer l’attractivité des emplois en appui à la valorisation pour garder les compétences en interne.

  • Simplifier les dispositifs de gestion de la propriété intellectuelle pour les entreprises de petite et moyenne tailles.

S'ouvrir encore davantage à la société

  • Avec les collectivités, accentuer les occasions de rencontres entre les citoyens et la science : actions de CSTI, Maison pour la science...

  • Encourager l’apport de l’expertise des chercheurs dans le débat public par le financement de missions et une meilleure reconnaissance.

  • Faciliter l’accès des espaces d’innovation (learning labs, open labs, fablabs, creativ labs…) aux citoyens : extension des horaires d’ouverture, de l’équipement et des moyens d’animation de ces espaces. 

  • Soutien au développement de la recherche participative.

Encourager la Science Ouverte

  • Installer une vice-présidence en charge de la science ouverte pour les publications, les données, l’édition et les logiciels. S'engager pour atteindre la cible de 100% de publications ouvertes d'ici 2030 (cible définie par la politique nationale en la matière).

Favoriser les mobilités entrantes et sortantes

  • Développer une politique plus structurée de « professeur invité » en favorisant des coopérations dans un temps plus long, en cohérence avec la stratégie des unités de recherche et des composantes de formation.

  • Encourager et mieux accompagner la reprise d’activités en recherche : fléchage de CRCT et dotation en environnement scientifique.

  • Poursuivre le soutien aux mobilités sortantes dans le cadre de LUE.